Saphea Arzachelis

L’astrolabe est daté de 1551 et est signé par Antoine Mestrel, à Paris.  Il est fabriqué en laiton, et son diamètre fait 257 millimètres.  Le plateau principal contient cinq échelles différentes (de l’intérieur vers l’extérieur): les heures, les signes du zodiaque, le carré d’ombre et un diagramme qui sert à convertir deux différents systèmes d’heures (appelés UNEQUALES).  Les étoiles sont également inscrites selon leurs positions dans le zodiaque.

Cet astrolabe n’est pas dessiné pour une latitude spécifique puisqu’il est dit universel, (lat. Saphea Arzachelis).  Sa construction fut probablement influencée par le mathématicien espagnol Juan de Rojas puisque ce dernier a publié la même année un livre traitant de la projection orthographique et certains détails sont fortement similaires, comme le trône décoratif.

Il est marquée d’une échelle allant de 0 à 90 avec des hachures à chaque unité d’angle.  Les lignes d’ascension entre l’arctique et l’antarctique (POLVS ARCTICUS et POLVS ARTARCTICVS) sont divisés en 4 minutes par des traits.  Entre les tropiques, des lignes sont à chaque 2 degrés et illustent la position du soleil dans l’ecliptique.  Des signes du zodiaque sont dessinés le long du diamètre vertical.  Au-dessus de HOROE ANTE MERIDIEM et HORAE POST MERIDIEM des heures sont inscrites (de 1 à 12).  Quelques étoiles sont positionnées et marquées.

La règle, ou l’aiguille est une échelle de minutes, allant de 0 à 360.  La façon de l’utiliser est de la rotationner dans le sens contraire des aiguilles d’une montre à l’angle de la co-latitude (90 degrés moins la latitude locale).  Cela peut déterminer la position des étoiles à minuit, au solstice d’été.  Il est possible ensuite de calculer la position des étoiles sachant qu’elles se trouvent à la même position deux heures plus tard à chaque mois précédant.  La trajectoire d’une étoile peut être suivie selon l’arc parallèle la plus près.  La deuxième fonction de l’astrolabe est de déterminer la position du selon l’heure et la date, en déterminant la position du lever et coucher du soleil ainsi que le crépuscule.  Il suffit de trouver la position du soleil sur le zodiac et ensuite sur la ligne écliptique (la ligne diagonale).

Le modèle ci-construit est à l’échelle 1:1 de l’original, dessiné à la main au crayon de mine HB sur un carton.  Cet astrolabe fait actuellement partie de la collection du Musée d’histoire et de science à Oxford.

The astrolabe is dated of 1551 and is signed by Antoine Mestrel, in Paris.  It is made of brass, and has a diameter of 257 mm.  The plate contains five scales (from exterior to interior) : the hours, the zodiac signs, a calendar, a shadow square and a diagram for converting time between different systems of hours (called UNEQUALES).  The stars are named according to their position.

The astrolab is not designed for a specific latitude, because this one is universal (lat. Saphea Arzachelis).  This model of astrolabe was probably influenced by the mathematician Juan de Rojas because he has published the same year a book that tells about the orthographic projection of the sky and contains a lot of resemblances like the decorative throne with a head and other technical elements.

It is scaled from 0 to 90 with hatching for every angle.  Ascension lines are drawn for every twelve minutes between the arctic and the antarctic (POLVS ARCTICUS and POLVS ARTARCTICVS) and they are divided in four minutes by little lines.   Between the tropics, lines are at every two degrees and this illustrate the sun position in the ecliptic.  Zodiacal symbols are drawn on the vertical diameter.  Above HOROE ANTE MERIDIEM and HORAE POST MERIDIEM the hours are marked (1 to 12).  Some stars are positioned and marked.

The rule is a scale of minutes (0 to 360). The way to use it is to rotate it anti-clockwise to the angle of the co-latitude (90 degrees minus the latitude).  It can determine the position of the stars at midnight at the summer solstice.  Then it his possible to calculate the other positions of the stars knowing that they are at the same position two hours later for each month earlier.  The track of a star is along the (nearest) parallel arc on the plate.  The second use is to determine the position of the sun at any time and date, with the sunrise, sunset and twilight.  By finding the position of the sun on the zodiac and then on the ecliptic line (the diagonal line).

The present model is at a 1:1 scale of the original and is drawn by hand with a HB pencil on a cardboard.  The astrolabe is presently in the collection of the Museum of history and science in Oxford.

Émélie DT

This slideshow requires JavaScript.

One thought on “Saphea Arzachelis

  1. Pingback: Deformations / Circulus & Cosmos III | Architectural Intentions from Vitruvius to the Renaissance

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s